Espace Zoonoses

Tularémie

Zoonose précédente   Accueil Zoonoses   Zoonose suivante     

Agent
 
La maladie est causée par une bactérie intracellulaire Francisella tularensis dont il existe deux biovars. Le biovar présent en France est Francisella tularensis biovar palaeartica.

Cette bactérie peut survivre plusieurs mois à basse température dans l'eau, le sol ou sur des cadavres d'animaux en décomposition (OIE).

Elle présente une forte résistance à la congélation mais est sensible à la chaleur.

Pour plus de détails, consulter le dictionnaire de bactériologie Euzéby.
 

Épidémiologie
 


L'Homme se contamine au contact d'animaux sauvages infectés (principalement des lagomorphes et rongeurs) ou par piqûre de tiques infectées.

La transmission de la tularémie se fait principalement par la voie cutanée lors de contacts avec des animaux infectés, leur environnement, leurs cadavres, leurs organes et leurs fourrures, ou par la piqûre de tiques.

D'autres voies de transmission sont possibles, comme la voie respiratoire (inhalation de poussières de fourrage ou de litières souillées par des cadavres) et la voie digestive (consommation d'une eau contaminée ou de viandes insuffisamment cuites).

La tularémie est une zoonose essentiellement rencontrée chez les professionnels en contact avec du petit gibier (gardes-chasses, forestiers, professionnels du commerce de venaison, animaliers, taxidermistes) mais aussi chez le personnel de laboratoires vétérinaires.

Pour plus de détails, consulter les données épidémiologiques de l'InVS.
 


Symptômes
 


La période d'incubation est en générale de 1 à 10 jours.

L'infection se manifeste sous deux formes principales selon la porte d'entrée de la bactérie.

La plus courante est la forme ulcéro-glandulaire, une infection locale cutanée ou conjonctivale (oculaire) avec ganglion suite à une piqûre ou à un contact avec la fourrure, les organes, les cadavres d'un animal infecté.
 
Une forme généralisée avec une forte fièvre peut apparaître suite à l'ingestion ou une inhalation du pathogène. Elle entraîne la mort en l'absence de traitement.

Pour un tableau clinique plus détaillé, consulter le dossier du site du CNR des Rickettsies.


Moyens de prévention
 


La prévention de la tularémie repose sur l'évitement de contacts avec les animaux sauvages, et le cas échéant, la mise en application d'une conduite à tenir en cas de manipulation d'animaux sauvages vivants ou morts (port de gants, lavage des mains, désinfection des plaies).

Des mesures collectives de prévention peuvent également être appliquées auprès des professionnels en contact avec la faune sauvage.

Pour plus de détails, consulter la fiche tularémie du CNRS.


Prise en charge médico-sociale
 


Cette zoonose peut-être prise en charge au titre de maladie professionnelle (tableaux 7 du Régime Agricole et 68 du Régime Général).

Pour plus de détails, consulter l'utilitaire d'accès aux tableaux de maladies professionelles Mpro.
 


Liens utiles
 

Page mise à jour le 27 2012